Association Nationale des Villes et Pays d’art et d’histoire et des Villes à Secteur Sauvegardé et Protégé

Vue générale de Figeac © Nelly Blaya Place Albertas © Aix en Provence © Bouanani Olivier / service patrimoine / photothèque Ville de Cahors La Halle Bayonne© Ville de Bayonne
Accueil du site > Vie du réseau > Actualités > Tourisme culturel et valorisation des patrimoines - 8 juin, (...)

Recherche

Navigation

par thèmes

par chantiers

par labels

suivre la vie du site

  •  

Tourisme culturel et valorisation des patrimoines - 8 juin, Chartres

Organisée en partenariat avec la Ville de Chartes et la DRAC Centre-Val de Loire, cette journée de rencontres a réuni plus de 70 personnes. Elus, techniciens des collectivités et des services de l’Etat, représentants associatifs, professionnels du tourisme et experts ont ainsi participé aux réflexions visant à enrichir la cohérence de l’offre patrimoniale auprès de tous les publics, français ou étrangers à l’échelle nationale et régionale.

La journée accueillie à la Médiathèque L’Apostrophe a été introduite par Patrick Géroudet, maire-adjoint de Chartres, en charge de la promotion de la Ville, du tourisme et du patrimoine et Nicolas Quillet, Préfet d’Eure-et-Loir.

Après une première rencontre régionale programmée le 28 avril à Autun sur les coopérations territoriales et une seconde le 19 mai à Bordeaux sur les espaces d’interprétation et les usages numériques, le temps de Chartres a permis d’aborder une question d’actualité pour l’ANVPAH & VSSP, celle du tourisme culturel et de la valorisation des patrimoines.

Un temps d’actualité sur la loi LCAP a été présenté par Sylvie Le Clech, directrice des affaires culturelles de la région Centre-Val de Loire et Jacky Cruchon, expert en urbanisme, afin de mieux comprendre l’évolution des espaces protégés suite au vote de la loi LCAP, que ce soit pour des collectivités territoriales possédant un secteur sauvegardé, une ZPPAUP/AVAP ou ayant déjà engagé l’une de ces démarches.

Un second temps a donné la parole aux acteurs des « destinations patrimoines », du côté des représentants des collectivités territoriales avec l’Association nationale avec Patrick Géroudet, maire-adjoint en charge de la promotion de la Ville, du tourisme et du patrimoine. Ce dernier a évoqué l’importance de l’identification des enjeux et de la mise en réseau des acteurs à l’échelle d’un territoire, quelle que soit son échelle. L’exemple de Chartres a été évoqué avec le projet en cours de centre d’interprétation sous le parvis de la cathédrale. Christophe De Chassey, sous-directeur destinations et filières touristiques d’Atout France a donné un aperçu national de l’attractivité des patrimoines et fait part des pistes à l’étude afin de donner une nouvelle dimension au patrimoine et la culture en France à l’image de la création d’un capitale française de la culture mise à l’honneur tous les deux ans ou de mieux tirer profit des Journées européennes du patrimoine pour que les télévisions nationales dédient leurs programme à ce sujet.

La parole a ensuite été donnée aux acteurs et représentants des réseaux patrimoniaux lors d’une table-ronde introduite par Valéry Patin, expert auprès de l’UNESCO. Une analyse critique des expériences de tourisme patrimonial a ainsi mis en avant les indispensables questions liées à l’aménagement des sites touristiques/patrimoniaux (accueil, logement, stationnement, circulation…), le travail des contenus culturels qui sont bien trop souvent rigides et éloignés de la notion anglo-saxonne d’expérience, l’événementiel et le numérique. Il a également été mentionné que depuis de nombreuses années, la France gère l’attente touristique de manière globable, alors qu’une meilleure différenciation des types de publics permettrait de développer l’offre et une meilleure répartition des flux sur le territoire national.

Pierre Mehaignerie, maire de Vitré, ancien ministre, est ensuite intervenu sur le tourisme industriel qui est devenu une spécificité de Vitré et qui constitue aujourd’hui un réel complément au tourisme patrimonial. La volonté de mettre en place un plan Lumière, sur le modèle de celui élaboré à Chartres, a également été annoncée pour l’année 2017 afin de développer l’évènementiel patrimonial en parallèle d’une politique urbaine alliant piétonisation, retour des commerces et des services publics en centre-ville afin de faire revenir les familles.

Michael Weber, président de la Fédération nationale des Parcs naturels régionaux a rappelé que les PNR agissent aussi dans la préservation et la valorisation des patrimoines et participent à la création d’une nouvelle attractivité pour les territoires ruraux, notamment grâce aux outils numériques. La mission des PNR étant de développer des stratégies de revalorisation du patrimoine, en réfléchissant à l’image de l’excellence proposée au visiteur.

Enfin, Claude Terouinard, maire de Chatillon en Dunois et président de l’Agence de Développement et de Réservation Touristique d’Eure-et-Loir a rappelé que la France compte 27 000 communes de moins de 1000 habitants et 21 000 communes de moins de 500 habitants. Les nouveaux enjeux de l’attractivité touristique se jouant essentiellement en milieu en rural, il en résulte le besoin de mieux connaître ses visiteurs et leurs habitudes, notamment en rapport avec les pratiques numériques. L’Eure et Loir est un département de court séjour qui offre aux urbains la possibilité de découvrir la campagne.

L’après-midi a débuté avec une table-ronde sur la thématique des outils de valorisation des patrimoines et des typologies de publics, animée par Patrick Géroudet, maire-adjoint en charge de la promotion de la Ville, du tourisme et du patrimoine. Ce temps a permis de compléter les orientations et prescriptions stratégiques développées le matin.

Gaël De La Porte du Theil, président de l’entreprise Interface Tourisme a rappelé qu’il est nécessaire de développer un marketing de l’offre, et non de la demande. Le constat actuel est qu’il existe une grande variété d’offres qui manquent de clarté. L’offre touristique et patrimoniale doit tendre vers une adaptation des envies et codes des publics ciblés, sans excès. La recherche de « l’authenticité » est aujourd’hui une attente majeure des visiteurs à laquelle les acteurs du tourisme doivent pouvoir répondre avec un souci de mise en scène rendant le visiteur acteur.

La question de la coordination et de la cohérence de l’offre a ensuite été présentée par Remy Deleplancque, chargé de la médiation culturelle à la Mission Val de Loire, avec la mise en œuvre de saisons culturelles depuis 2014 à l’échelle d’un territoire vaste s’étendant sur deux régions, 4 départements et 197 collectivités. Dédiés à Anne de Bretagne en 2014 et à François Ier en 2015, ces temps ont affirmé et renforcé la démarche de réseau tout en développant une approche collective et participative où tous les sites sont traités d’égal à égal, sans hiérarchie des propositions.

Pascale De Souance, conseillère départementale, présidente de la commission tourisme du PNR du Perche qui a pu développer l’importance pour les PNR du tourisme vert et le rôle important du parc pour fédérer le tourisme au travers d’actions de promotion et de marketing territorial.

L’intervention de Dominique Irvoas-Dantec, directrice des projets et des réseaux tourisme et patrimoine à Destination Rennes, a permis de situer la question de l’attractivité touristique dans une Ville d’art et d’histoire où le tourisme du sens prend le pas sur un tourisme d’expérience recherché à tout prix. La place du jeune public dans les actions VAH est de fait primordiale avec plus de 16 000 enfants accueillis par an, durant et hors temps scolaire.

La table-ronde s’est conclue par l’intervention de Xavier Clarke de Dromantin, architecte des Bâtiments de France à la DRAC Centre-Val de Loire, qui est revenu sur les différents labels du ministère de la Culture et de la Communication et leurs indispensables articulations avec les projets de territoires.

Un dernier temps d’échanges dédié à la mise en lumière des monuments dans la ville a permis de donner la parole à Laurent Lhuillery, conseiller délégué en charge de la valorisation du patrimoine par la lumière de la ville de Chartres. Après 13 ans de programmation de Chartres en lumière, les retombées sur le plan touristique et économique sont importantes, à l’image du taux d’occupation des hôtels (moyenne annuelle 84%) ou de l’augmentation de l’activité des restaurateurs. 26 sites sont illuminés durant 190 jours par an avec un accès gratuit pour le public dans la ville haute et basse. Chartres en lumière a rendu les Chartrains fiers de leur ville, les transformant ainsi en ambassadeur.

En conclusion de cette journée riche en échanges, Patrick Géroudet a affirmé la volonté de l’ANVPAH & VSSP de renforcer l’axe tourisme au sein de ses orientations afin de participer à la définition de nouvelles destinations illustrant au mieux la diversité des patrimoines et des paysages à l’échelle nationale et régionale. Sylvie Le Clech a rappelé que toutes les interventions ont montré que les actions et projets engagés avaient un sens profond, celui de la prise en compte des attentes des sociétés dans une perspective de mieux vivre ensemble.

 

Haut de la page