Association Nationale des Villes et Pays d’art et d’histoire et des Villes à Secteur Sauvegardé et Protégé

Vue générale de Figeac © Nelly Blaya Place Albertas © Aix en Provence © Bouanani Olivier / service patrimoine / photothèque Ville de Cahors La Halle Bayonne© Ville de Bayonne
Accueil du site > Vie du réseau > Actualités > Espaces d’interprétation et usages numériques - 19 mai, Bordeaux

Recherche

Navigation

par thèmes

par chantiers

par labels

suivre la vie du site

  •  

Espaces d’interprétation et usages numériques - 19 mai, Bordeaux

Organisée en partenariat avec EDF, la Caisse des Dépôts et Consignations, la DRAC ALPC, la Région ALPC et la Ville de Bordeaux, cette journée de rencontres a réuni plus de 70 personnes. Elus, techniciens des collectivités et des services de l’Etat, enseignants, représentants associatifs, professionnels de la médiation, experts et étudiants ont ainsi pu s’informer et échanger sur la conception d’espaces d’interprétation et les usages patrimoniaux du numérique.

La journée accueillie au Musée d’Aquitaine a été introduite par Estelle Gentilleau, conseillère municipale déléguée à la politique du livre et de la lecture publique de la Ville de Bordeaux, Jean-François Sibers, chef de projet État Aquitaine Cultures Connectées, DRAC Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, et Jean Rouger, membre fondateur de l’ANVPAH & VSSP. La programmation de ce temps d’échanges répondait aux demandes de plusieurs Villes et Pays d’art et d’histoire souhaitant s’engager, ou étant déjà engagées, dans des projets d’espaces d’interprétation et/ou d’applications et outils numériques.

Christian Gensbeitel, maître de conférences à l’université Bordeaux Montaigne, co-directeur du Master professionnel Régie des Œuvres et Médiation de l’Architecture et du Patrimoine (ROMAP), a ouvert la journée en revenant sur l’origine de la notion d’interprétation, étudiée premièrement au cœur des Parcs nationaux américains, notamment par la figure de Freeman Tilden au début du XXème siècle. La confrontation entre les notions de médiation et d’interprétation a permis de définir l’interprétation comme une notion sensible, en perpétuelle évolution, créant de nouveaux rapports à la connaissance et au patrimoine, et donc le besoin de nouveaux outils, à l’image des espaces ou centres d’interprétation.

Marion Belleville, médiatrice et régisseuse du CIAP de Bordeaux et Julie Guiroy, médiatrice du CIAP, ont dressé un bilan technique et humain de la structure deux ans après son ouverte au public. Après avoir rappelé le contexte de sa création et le positionnement du label au sein de services de la Ville, elles ont exposé les données liées au fonctionnement du lieu, notamment en termes de personnel, de budget, de programmation et de fréquentation. La question du numérique a été évoquée notamment à travers l’aspect évolutif des outils ainsi que les interactions initiées entre les services de l’aménagement et de l’urbanisme, les musées, les archives et les bibliothèques.

Afin de compléter la perception des espaces d’interprétation Christiane Lorenz, directrice de l’Agence AVEC à Bordeaux, est intervenue afin de présenter sa riche expérience dans la réalisation d’espaces d’interprétation extérieurs au label VPAH. De la programmation au projet architectural, toutes les étapes ont été présentées afin de donner au public une méthodologie technique et des orientations dans le choix d’outils et de contenus.

Un débat a ensuite conclu la matinée, avec de nombreux questionnements et partages d’expériences de la part de participants soucieux de mener à bien leurs projets sur leur territoire à l’image de Gilbert Loux, conseiller municipal de la Ville de Royan qui a interrogé les médiatrices du CIAP de Bordeaux et l’agence AVEC sur les études nécessaires à la création d’un CIAP. La question des outils numériques a ensuite été abordée par Muriel Perrin, animatrice de l’architecture et du patrimoine de la Ville de Saintes, notamment quand l’équipe de la Ville ou du Pays d’art et d’histoire n’a pas les compétences nécessaires afin de choisir les bons d’outils interactifs.

En écho à ce témoignage, le maire de la Ville de Monpazier, Fabrice Duppi, est revenu sur l’élaboration de l’espace d’interprétation Bastideum installée au cœur d’une commune de 540 habitants et qui a su s’entourer d’un bureau d’étude qui a conseillé la Ville de se doter d’une application pour smartphone téléchargeable en sortant de l’espace d’interprétation afin de poursuivre la visite du territoire. Une dernière intervention de Florence Dubois, animatrice de l’architecture et du patrimoine de la Ville de Rochefort a permis d’évoquer le projet de mutualisation du CIAP avec le musée Hèbre de Saint-Clément qui constitue une piste de travail pour plusieurs autres villes ou pays labellisés.

Jean-François Sibers a introduit l’après-midi en rappelant l’importance de comprendre les différentes pratiques et usages du numérique afin de mieux mutualiser les compétences des acteurs du patrimoine. Dans cette optique, la DRAC ALPC a missionné l’ANVPAH & VSSP afin de mener une enquête sur usages et les pratiques du numérique dans les Villes et Pays d’art et d’histoire d’Aquitaine. Jessica de Bideran, experte en patrimoine et numérique, a ainsi exposé les premiers résultats de l’étude qui s’appuie sur les échanges avec 7 VPAH (Pyrénées Béarnaises, Bordeaux, Bayonne, Pau, Périgueux, Sarlat, Villeneuve-sur-Lot) et l’analyse de l’exposition Bordeaux-Passé Augmenté présentée sur les vitrines du CIAP de Bordeaux lors de l’été 2015.

Marie-Pierre Grenot, vice-présidente de la Communauté de communes des 4B Sud Charente, en charge de la culture, du patrimoine, du tourisme et de la communication, accompagnée de Jean-François Bernard, directeur d’Archéovision ont présenté le projet de la restitution 3D du château de Barbezieuxgrâce aux résultats des fouilles archéologiques et des études du bâti. Une démonstration de l’application, accessible sur site, a permis de comprendre l’importance du projet pour la compréhension de l’évolution du château et de la ville de Barbezieux au fil des siècles.

Le dispositif multimédia « A l’écoute du Marais » a ensuite été présenté par Mathieu Marsan, chargé de mission connaissance et mise en valeur du patrimoine de l’ANVPAH & VSSP. Cet outil développé par Paris Musées à l’occasion de l’exposition Le Marais en héritage, 50 ans de sauvegarde, depuis la loi Malraux au Musée Carnavalet en partenariat avec plusieurs universités permet de valoriser la mémoire des habitants en parallèle avec des contenus issus des archives (photographies, films, relevés des façades).

Enfin, Anne-Sophie Maggiori, chargée de mission communication et numérique à l’ANVPAH & VSSP et Pierre Croizet, directeur de GMT Editions, sont intervenus afin de présenter l’application OhAhCheck !, le premier réseau social des amoureux du patrimoine. L’état d’avancement du projet a été rendu public et complété par une démonstration des interfaces administrateur et utilisateur. A ce jour, 60 collectivités ont rejoint l’application utilisée par près de 1400 utilisateurs à l’échelle nationale.

La journée s’est clôturée par la visite du CIAP de Bordeaux en présence de Marion Belleville, médiatrice et régisseuse du CIAP, Julie Guiroy, médiatrice du CIAP et Alan Gentil, architecte du cabinet de scénographie Bureau Baroque. Cette visite a été pensée en complément de la présentation en salle du matin afin de faire découvrir aux participants les outils pédagogiques mis à disposition du public. De fait, chaque espace du centre d’interprétation a fait l’objet d’une explication et d’une analyse de sa perception par ses visiteurs. Les dispositifs numériques du CIAP ont illustré les propos et débats de l’après-midi notamment le nécessaire volet évolutif des outils multimédias et l’indispensable prise en compte des coûts de maintenance du matériel scénographique et de projection d’où l’importance de faire cohabiter des supports numériques avec des supports plus traditionnels.

La forte mobilisation du réseau avec plus d’une quinzaine de territoires labellisés VPAH présents (Grand Auch, Périgueux, La Réole, Royan, Saintes, Région de Guebwiller, Rochefort, Plaine Commune, Loches, Le Havre, Pau, Causse et Vallée de la Dordogne, Pyrénées Cathares, Bordeaux) et trois territoires en cours de candidature (Aurillac, Dax, Niortais) illustre la demande en formation et d’échanges d’informations des Villes et Pays d’art et d’histoire sur ces sujets qui seront à nouveaux traités par l’ANVPAH & VSSP lors de futures formations.

Retrouvez les présentations des intervenants en vous connectant sur l’espace adhérent ICI

 

Haut de la page