Association Nationale des Villes et Pays d’art et d’histoire et des Villes à Secteur Sauvegardé et Protégé

Vue générale de Figeac © Nelly Blaya Place Albertas © Aix en Provence © Bouanani Olivier / service patrimoine / photothèque Ville de Cahors La Halle Bayonne© Ville de Bayonne
Accueil du site > Vie du réseau > Actualités > Patrimoines d’entreprises, valoriser et reconvertir, Chambéry, 11 février (...)

Recherche

Navigation

par thèmes

par chantiers

par labels

suivre la vie du site

  •  

Patrimoines d’entreprises, valoriser et reconvertir, Chambéry, 11 février 2016

Programmée en partenariat avec EDF et la Ville de Chambéry, cette journée a regroupé près d’une quarantaine d’élus, représentants de l’État, techniciens des services urbanisme et patrimoine, animateurs de l’architecture et du patrimoine et étudiants de l’université Savoie Mont-Blanc autour de la question de la reconversion et de la valorisation des patrimoines industriels et des partenariats privé/public.

Introduit par M. Jean-Claude Davoine, Maire-Adjoint en charge du patrimoine de la Ville de Chambéry, M. Djoudé Mérabet, Maire d’Elbeuf et Vice-Président de l’ANVPAH & VSSP, et M. Christian Lallement, Directeur Eau Titres Environnement de l’Unité de production hydraulique Alpes d’EDF, ce temps de rencontres s’est révélé fructueux, tant par la qualité des présentations des intervenants que par la richesse des échanges entre des acteurs d’un même territoire soucieux de mener un projet commun.

En ouverture de la journée, M. Christian Lallement a présenté les objets patrimoniaux exploités par EDF dans la région Rhône-Alpes et la forte volonté d’EDF de se positionner comme un passeur de mémoire. Cette nécessaire transmission aux nouvelles générations des valeurs patrimoniales et techniques omniprésentes dans les usines ou barrages gérées par EDF a également été illustrée par M. Jean-François Escapil-Inchauspe, Responsable développement Grand Sud-Ouest d’EDF en introduction aux présentations de la matinée. L’exemple de l’espace EDF Bazacle de Toulouse, ouvert en 1990 au public, démontre ainsi la volonté d’EDF de placer l’enjeu de la médiation et de la sensibilisation des publics au cœur de sa démarche patrimoniale, et ce, avec une fréquentation de 120 000 visiteurs/an.

Quatre exemples de partenariats entre des Pays d’art et d’histoire et EDF ont ensuite fait l’objet d’exposés. Le Pays d’art et d’histoire des Hautes Vallées de Savoie, en la personne de M. Pierre-Yves Odin, Directeur-adjoint de la Fondation FACIM, a présenté la nature de sa collaboration avec EDF dans le cadre des Chemins de l’hydroélectricité, d’expositions, de publications et de visites-guidées réalisées dans 13 centrales en fonctionnement.

A l’échelle de la chaîne pyrénéenne, deux collaborations se distinguent dans les Pays d’art et d’histoire des Vallées d’Aure et du Louron et des Pyrénées Béarnaises. M. Christian Raynaud, Chargé de Communication de l’Unité de Production hydraulique Sud-Ouest d’EDF a pris la parole pour présenter le cadre du partenariat qui lie la Communauté de communes de Vielle-Aure, le Pays d’art et d’histoire des Vallées d’Aure et du Louron et EDF. Initiée il y a plusieurs années, cette collaboration a permis la conception d’une exposition sur l’hydraulique, le développement d’une communication commune et partagée, d’une signalétique, de circuits thématiques et la prise en compte du champ de la médiation jeune public grâce aux compétences du Pays d’art et d’histoire.

L’intervention de M. Jean-François Escapil-Inchauspe a ensuite permis d’illustrer la nature du partenariat qui lie le Centre d’information du public (CIP) d’EDF avec le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (CIAP) du Pays d’art et d’histoire des Pyrénées béarnaises, tous deux installés à Oloron-Sainte-Marie. L’aménagement et la scénographie de ces deux espaces situées à quelques centaines de mètres a été confiée à la même agence afin de conserver une unité et une logique pour les visiteurs et habitants qui souhaitent découvrir et mieux comprendre le territoire dans lequel ils évoluent. Le projet du CIP s’appuie sur une expérience de proximité avec l’eau, là où le CIAP donne à comprendre la constitution du territoire et sa cohérence (architecturale, paysagère, traditions…). Cette complémentarité constitue tout l’intérêt de la démarche entre EDF et le PAH et permet ainsi de situer le CIP comme un espace pilote emblématique de la démarche de valorisation patrimoniale d’EDF.

La matinée s’est achevée par la présentation de Mme Aude Tochon Danguy, Animatrice de l’architecture et du patrimoine du Pays d’art et d’histoire de Serre-Ponçon, Ubaye, Durance. Labellisé en 2011, ce territoire se distingue par la forte concentration d’édifices publics ou privés du XXème siècle et son projet de CIAP en réseau dont la première antenne traitera de ce patrimoine si caractéristique. Parmi les ouvrages majeurs du territoire, l’usine de Serre-Ponçon se distingue par sa qualité architecturale, son intérêt au regard de l’histoire des techniques de production d’énergie et des grands noms qui ont réalisé le site, Jean de Mailly et Jean Prouvé. Un récent partenariat s’est ainsi développé entre EDF et le PAH afin de proposer des visites spectacles du site alliant analyses techniques et patrimoniales mais aussi développer les connaissances sur l’histoire du site par l’étude des archives d’EDF.

La présentation de ces quatre exemples de partenariats (plus ou moins avancés dans le temps) illustre la nature des collaborations entre deux mondes qui répondent à leurs objectifs par la complémentarité de leurs approches, technique pour EDF, patrimoniale et touristique pour les Pays d’art et d’histoire. Chacun des partenaires apportant son expertise à l’autre afin de donner accès à ces patrimoines dans les meilleures conditions possibles, avec une tendance forte, le passage de la notion « d’information » à celle « d’interprétation ».

L’après-midi a débuté avec la question de la maintenance des patrimoines d’entreprises. M. Antoine Malafosse, Directeur de l’agence « Une rivière, Un territoire », Développement Savoie d’EDF, a présenté le champ d’action de son agence qui est dotée d’un fonds d’investissement visant à développer l’emploi dans les domaines de l’eau, de l’énergie et de l’environnement. En soutenant l’économie locale, EDF souhaite pouvoir construire un réseau de PME compétentes à proximité de ses installations afin de pouvoir s’assurer une qualité d’intervention.

Dans un domaine différent, l’intervention de Mme Marie Berbain, Animatrice de l’architecture et du patrimoine du Pays d’art et d’histoire Loire Val d’Aubois a permis d’illustrer la valorisation du patrimoine industriel du XIXème siècle sous la forme de lieux d’interprétation mis en réseau et d’un projet de CIAP dans une http://www.an-patrimoine.org/ecrire... tuilerie. Fort d’un passé industriel important, le PAH s’attache aujourd’hui à mettre en lumière un patrimoine architectural qui n’abrite plus d’activités industrielles mais qui témoigne de savoir-faire et de techniques qui ont permis le développement économique du territoire (métallurgie, chaux, ciment…).

La préservation et la transmission de la mémoire a ensuite été abordée au travers de la performance de Mme Carolina Santo qui a marché pendant 40 jours sur une distance de 611 kilomètres de Nauzenac à Ubaye en écoutant les témoignages d’habitants de ces deux communes des vallées de la Dordogne ayant connu l’engloutissement de leur village suite à la construction d’un barrage hydroélectrique. L’artiste a ainsi présenté un premier compte rendu de son travail qui fera l’objet d’une exposition à l’espace EDF du barrage de Bort-les-Orgues en 2016. La confrontation entre la transcription des témoignages collectés par l’anthropologue Armelle Faure et les photographies de Carolina Santo de paysages naturels ou ruraux autrefois habité questionne la notion d’évocation et de la place de l’homme dans les paysages qu’il a lui-même construit ou détruit.

A consulter : http://nauzenacubaye.wordpress.com

Enfin, la journée s’est achevée par la présentation en salle et in situ de la rotonde SNCF de Chambéry par Mme Sarah Dietz, Animatrice de l’architecture et du patrimoine de Chambéry. Plus grande construction de ce type en France, la rotonde est encore aujourd’hui propriété de la SNCF. Les trois conventions qui lient la SNCF et la Ville de Chambéry permettent au service Ville d’art et d’histoire d’accéder aux archives numérisées de la construction et de ses différents aménagements, d’occuper une partie de l’espace de la rotonde et de l’exploiter lors de visites. Un Projet scientifique et culturel a été rédigé afin d’y permettre l’ouverture d’un second CIAP dédié au patrimoine ferroviaire, avec la participation de l’APMFS (Association pour la préservation du matériel ferroviaire savoyard).

Retrouvez les présentations des participants en vous connectant dans l’espace adhérent ICI.

Documents joints

 

Haut de la page