Association Nationale des Villes et Pays d’art et d’histoire et des Villes à Secteur Sauvegardé et Protégé

Vue générale de Figeac © Nelly Blaya Place Albertas © Aix en Provence © Bouanani Olivier / service patrimoine / photothèque Ville de Cahors La Halle Bayonne© Ville de Bayonne
Accueil du site > Vie du réseau > Actualités > 50 ans du secteur sauvegardé de Pézenas, 17 et 18 septembre 2015

Recherche

Navigation

par thèmes

par chantiers

par labels

suivre la vie du site

  •  

50 ans du secteur sauvegardé de Pézenas, 17 et 18 septembre 2015

La ville de Pézenas, en partenariat avec l’Association Nationale des Villes et Pays d’art et d’histoire & des Villes à secteurs sauvegardés et protégés, a célébré les 50 ans de son secteur sauvegardé les 17 et 18 septembre 2015.

Avec l’un des plus anciens secteurs sauvegardés de France, actuellement en cours d’extension, la ville de Pézenas est labellisée dans le cadre de son Pays d’art et d’histoire depuis 2002 et Villes et Métiers d’Arts depuis 1996.

Ces journées ouvertes dans le précieux théâtre de Pézenas par Alain Vogel-Singer, Maire de Pézenas et Vice-Président de l’ANVPAH&VSSP, Jean Rouger, Président d’honneur de l’ANVPAH & VSSP et Jean-Pierre Leleux, Président de la Commission Nationale des secteurs sauvegardés, Sénateur des Alpes Maritimes, ont remis en perspective l’histoire du secteur sauvegardé de Pézenas, un des premiers créés en France. Comme l’a précisé Jean-Pierre Leleux cette commémoration se situe à un moment des débats sur le projet de Loi Liberté, de Création, Architecture et Patrimoine (Loi CAP), qui arrive à l’Assemblée Nationale et bientôt au Sénat.

Les présentations de Mary Bourgade, Any Barthes et Michel Simon respectivement adjoints à Nîmes, Carcassonne et Cahors, ont montré comment les espaces protégés incarnent la modernité. A Nîmes, par la valeur universelle de la romanité jusqu’à nos jours, dans la couture entre les territoires de la Bastide de la Cité qu’effectue Carcassonne, dans l’attachement du secteur sauvegardé de Cahors à devenir le fer de lance de l’alliance entre patrimoine et développement durable.

Si la décentralisation prévue dans la loi CAP, est un mouvement dont tous reconnaissent la nécessité, en ce qui concerne les futures « cités historiques », elle ne peut rimer avec un désengagement de l’Etat. L’urbanisme patrimonial nécessite des références nationales qui garantissent les orientations décidées dans le Plan de sauvegarde et de mise en valeur. De même comment conserver les avancées des ZPPAUP et des AVAP quand celles-ci devraient être intégrées dans un PLU dit « patrimonial » ? Conserver une vision nationale de la sauvegarde, mieux intégrer les enjeux contemporains, éviter une régression vers une conception monumentale, autant de questions mises en débat avec la salle.

A l’issue de cette première journée, les participants ont pu découvrir sur les grilles du Parc « Sans Souci » les images choisies de l’exposition « Patrimoine, l’histoire en mouvement ».

Le débat du 18 septembre matin prolongeait la réflexion sur les espaces protégés sur la revitalisation urbaine notamment au travers du Plan National de rénovation des Qartiers Anciens Dégradés et des centres bourgs. Alain Vogel-Singer avait invité Jacques Cresta, député et nouveau président du groupe d’étude sur les quartiers anciens dégradés à l’Assemblée, et Pierre Jarlier, Maire de Saint-Flour et Vice-Président de l’Association Nationale. S’appuyant sur l’ensemble des dispositifs possibles comme le secteur sauvegardé et le programme Centre Bourg, Marie-Pierre Dalenc responsable du service habitat et politique de la ville de Pont- Saint-Esprit, a bien montré la nécessité de faire converger les différents outils à disposition. Des documents d’urbanisme aux contrats de ville, des dispositifs d’accession sociale aux OPAH, du FISAC aux contrats territoriaux de développement ruraux, les stratégies singulières doivent être coordonnées et contractualisées pour éviter la récession dont les petites villes et les villes moyennes sont les premières victimes. C’est tout le sens développé par le nouveau groupe d’étude de Jacques Cresta qui a invité l’ensemble des présents à établir une série de questions devant faire l’objet d’auditions. Vincent Cassagnaux, chef du STAP de l’Aude a confirmé tout l’intérêt que pouvaient avoir les services déconcentrés de l’Etat à travailler en complémentarité pour un meilleur partenariat avec les collectivités.

La question de la dynamique des métiers en centre ancien a été à l’honneur l’après-midi, autour d’Alain Vogel-Singer, Président de « Villes Métiers d’Art ». les principaux acteurs professionnels et associatifs de cette dynamique étaient présents : Philippe Nguyen, Président de l’Association Nationale des Entreprises du Patrimoine Vivant, Marion Gineste, élue déléguée à la culture à Pézenas, Philippe Huppé, Vice-Président et délégué régional des villes métiers d’art, Maire d’Adissan, Kévin Ducos, responsable de l’espace Ateliers d’Art de France, Myriam Sirventon, Présidente des Amis de Pézenas, Jean-Claude Mas, du Club des sponsors du fond Molière, ont témoigné de volontés et d’engagements complémentaires qui multiplient les chances de réussite pour la ville et son territoire.

Encore un grand merci à M. Alain Vogel-Singer et toute son équipe !

Programme détaillé :

Documents joints

 

Haut de la page