Association Nationale des Villes et Pays d’art et d’histoire et des Villes à Secteur Sauvegardé et Protégé

Vue générale de Figeac © Nelly Blaya Place Albertas © Aix en Provence © Bouanani Olivier / service patrimoine / photothèque Ville de Cahors La Halle Bayonne© Ville de Bayonne
Accueil du site > Vie du réseau > Actualités > Zoom sur > 30 ans des VPAH : Menton

Recherche

Navigation

par thèmes

par chantiers

par labels

suivre la vie du site

30 ans des VPAH : Menton

Le paysage de Menton est riche de sa diversité. C’est un lieu béni de 1 500 hectares où les Hommes ont pu, sept siècles durant, trouver un terreau de créativité qui les rapproche de la transcendance. Parmi eux, des artistes prestigieux, de Charles Garnier à Jean Cocteau, des botanistes ou géographes de renom… La démarche de labellisation de la Ville de Menton en 1991 s’inscrivait dans une volonté de préservation puis de mise en valeur de ce patrimoine culturel exceptionnel. Menton est la première ville à initier ce dynamisme parmi les villes de la Côte d’Azur.

Depuis près de trente ans, les services de la Ville de Menton redynamisent la cité en même temps qu’elle préserve son authenticité. Car Menton, bien qu’elle fût le phare de la Riviera Belle-Epoque, ne s’en trouvait pas moins menacée à la fin des années 1980 de n’être plus qu’une station balnéaire aux couleurs surannées. Il fut donc nécessaire, sans bousculer l’ordre des choses, de remettre au cœur du projet politique le paysage de la commune, qui en était sa plus grande richesse, née à la fois de son identité sur le plan sociologique et du génie du lieu en matière d’urbanisme. Dit autrement, de rechercher l’alchimie entre la population et son environnement ou comme l’écrivit Camus, « l’accord de la terre et du pied ».

Rien de tout cela n’aurait été possible sans l’obtention, en 1991, du label Ville d’art et d’histoire. Grâce à lui, les Mentonnais ont peu à peu repris conscience de la richesse et de la diversité de leur patrimoine. Non pas qu’ils l’ignoraient. Tout simplement en avaient-ils été détachés par le temps et l’absence de mise en valeur. Le souhait de la Ville était alors de faire en sorte que la population redécouvre les trésors de son patrimoine. Ce qu’elle fit, se réappropriant même les lieux comme pour mieux faire la paix avec l’Histoire.

Parmi toutes les actions élaborées par le service Ville d’art et d’histoire, l’une des plus symboliques est celle menée en faveur des jardins. Après l’obtention du label, les jardins dits d’exception ont été créés, comme autant d’odes au jardin d’Eden dont la légende dit qu’il aurait ensemencé la terre de la ville, grâce à Eve emportant avec elle un fruit d’or, le citron, devenu symbole de Menton. Les Jardins d’Exception témoignent à eux seuls de cette diversité, ici botanique, qui incarne le patrimoine mentonnais. Diversité d’essences, puisqu’on y retrouve des plantes tropicales, rares comme le Sophora Toromiro, et d’autres plus traditionnelles de la Riviera. Diversité de couleurs, qui semblent se refléter sur les façades ocre et pastel de la vieille ville. La cite tout entière est fleurie de sorte que chaque quartier soit agrémenté d’arbres qui lui sont propres : camphriers, faux-poivriers, bigaradiers, etc.

Ainsi, les actions menées auprès des jardins et, plus généralement, des espaces verts sont un symbole de la stratégie de mise en valeur du paysage, végétal, bâti ou maritime par le service Ville d’art et d’histoire.

 

Haut de la page